Accueil Actualité Sénégal : le camp antisystème oppose une fin de non-recevoir

Sénégal : le camp antisystème oppose une fin de non-recevoir

0
28
Sénégal - Elections présidentielles 2024, Magazine Pages Jaunes

Dakar, Sénégal,

Le camp du candidat emprisonné Bassirou Diomaye Faye à la présidentielle au Sénégal a rejeté l’idée de discuter avec le chef de l’Etat pour s’entendre sur la date de l’élection, et exprimé ses réserves devant celle d’une amnistie pour tenter de sortir d’une crise profonde.

Le Sénégal, volontiers vanté pour sa stabilité et ses pratiques démocratiques, traverse l’une des pires crises politiques de son histoire post-indépendance depuis la décision de dernière minute annoncée le 3 février par le président Macky Sall de reporter la présidentielle.

Elections en Afrique du Sud, Campagne ANC, Magazine Pages Jaunes

 

A lire: Elections en Afrique du Sud : Les Enjeux de la Campagne de l’ANC

Les Sénégalais étaient censés voter dimanche.

La Cour constitutionnelle a déjugé le président Sall et a demandé l’organisation du scrutin “dans les meilleurs délais”.

Malgré les pressions nationales et internationales, le président Sall a suspendu jeudi la détermination d’une date à un dialogue qu’il a dit vouloir mener lundi et mardi avec les acteurs politiques et sociaux. Il a invoqué les querelles auxquelles a donné lieu le processus préélectoral et qui lui font craindre un vote contesté. Il a affirmé la nécessité d’un “apaisement” et d’un “consensus”, et évoqué la possibilité de grâces ou d’une loi d’amnistie qui reviendrait sur les troubles connus par le Sénégal depuis 2021.

Frontière

A lire: Frontière du Niger : les Nigérians étouffés par la crise économique et l’insécurité

Il a ouvertement envisagé la possibilité de libérations pour les opposants antisystème Ousmane Sonko et Bassirou Diomaye Faye. Le Conseil constitutionnel a disqualifié M. Sonko de la présidentielle, mais il a validé la candidature de M. Faye.

La Coalition Diomaye Président refuse de discuter de la date de la présidentielle, a-t-elle dit dans un communiqué transmis samedi à l’AFP. Elle invoque la demande faite aux autorités par le Conseil constitutionnel, qui est, selon elle, une “injonction” à organiser l’élection avant le 2 avril, expiration officielle du mandat du président Sall. Cette exigence est “non-négociable”, dit la Coalition.

La RDC

 

A lire: La RDC se tient debout contre un protocole d’accord entre l’UE et le Rwanda

Quant à des mesures de clémence, elle mentionne le grand nombre de personnes tuées et arrêtées depuis 2021 et “les blessures profondes dans la société sénégalaise (qui) ne peuvent être reléguées dans l’abîme de l’oubli”. “Une société ne se reconstruit pas sur la légalisation de l’impunité”, dit-elle. Le parti dissous de MM. Sonko et Faye s’oppose par principe à l’amnistie des crimes de sang et des délits économiques.

La Coalition réclame la libération de MM. Sonko et Faye et de toutes les personnes interpellées en lien avec l’agitation politique.

Source: Agence France-Presse

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici