Accueil Actualité Société Hausse des tarifs de transport : les populations interpellent le gouvernement

Hausse des tarifs de transport : les populations interpellent le gouvernement

0
45
Prix harmonisés des transports

Ce que les populations redoutaient est finalement arrivé. Dès ce mardi 20 février 2024, on va enregistrer une hausse des tarifs de transport urbain et interurbain. C’est une hausse respective de 50 Fcfa et de 02 Fcfa au km.

Les Camerounais devront débourser un peu plus pour aller d’un point à l’autre dans les centres urbains, tout comme il leur faudra dépenser encore plus pour aller d’une ville à l’autre. Selon les différents acteurs qui ont pris part, hier lundi 19 février 2024  à Yaoundé, à la  réunion de concertation entre le gouvernement et les acteurs de la société civile (syndicats de transporteurs et associations des consommateurs).

D’après  le président de l’Ong Sécuroutes, Martial Missimikim, qui a pris une part active aux travaux, le gouvernement a, de commun accord, avec les différentes parties prenantes, consenti à la hausse des prix du transport urbain et interurbain au Cameroun ainsi qu’il suit : 350 Fcfa pour les taxi de ville et 400 Fcfa la nuit (contre 300 et 350 Fcfa par le passé) . Et 16F le km contre 14 FCFA (hier), pour ce qui est du prix du transport interurbain au kilomètre.

En attendant qu’un communiqué viennent officialiser cette nouvelle hausse des prix du transport dans le pays, il est important de rappeler qu’elle intervient seulement quelques semaines après la récente augmentation des prix du carburant au Cameroun, qui eux ont enregistré une croissance de près de 15%.

Le super et le gasoil coûtent respectivement 840 Fcfa et 828 Fcfa sur le marché, leur prix ayant enregistré une hausse respective de 110 et 108 Fcfa. Une inflation qui n’est pas pour plaire aux populations qui enragent. « Les salaires n’ont pas encore augmenté malgré les nombreuses promesses faites jusqu’ici par le gouvernement que déjà on nous impose de nouvelles tarifications de transport. La situation est devenue invivable pour nous. Il faut que le gouvernement prenne le problème de la vie chère à bras le corps », plaident-elles. Seront-elles entendues ?

                                                                                                   Blaise Pascal Dassie

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici