Accueil Actualité Société Hausse des prix du carburant : le préavis de grève transporteurs

Hausse des prix du carburant : le préavis de grève transporteurs

0
43
Hausse des prix du carburant

La plateforme des transporteurs routiers entend engager une grève le 14 février si leurs doléances ne sont pas appliquées.

Le préavis de grève adressé au Premier ministre, chef du gouvernement, est signé par cinq syndicats de transporteurs. La correspondance initiée le 5 Février 2024 souligne ” Excellence Monsieur le Premier ministre, au cas où nos doléances ne seraient pas prises en compte, nous serons contraints d’observer un arrêt de travail à compter du mercredi 14 février 2024“.

A l’origine la hausse des prix du carburant

Le préavis de grève transmis par la plateforme des organisations socioprofessionnelles des transports routiers du Cameroun, fait suite à la hausse des prix du carburant intervenue le 2 février 2024. Une hausse implémentée par le gouvernement sans mesures d’accompagnement pour les principaux consommateurs du Carburant. Mais aussi, sans aménager des mécanismes garantissant l’amélioration du pouvoir d’achat des populations. Des raisons pour la plateforme réunissant les transporteurs routiers d’expliquer que le préavis de grève transmis au chef du gouvernement fait suite “à la grogne déjà perceptible sur le terrain.”

Les revendications

Les doléances exprimées par les transporteurs routiers du Cameroun sont: l’abrogation du décret numéro 2022/8801/PM du 10 octobre 2022 fixant les conditions d’accès aux professions de transporteurs routiers et auxiliaires des transports. L’application des prix planchers négociés d’accord parties entre les transporteurs et les différentes filières sous l’encadrement du Conseil national des chargeurs (CNC) majorés de 40 pour cent.

Dans le même temps, la plateforme des organisations socioprofessionnelles des transporteurs routiers du Cameroun exige le réajustement du prix transport des produits pétroliers de 30 pour cent dans la structure des prix de la Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures (Csph). Mais aussi, la réduction des droits de douane sur les pièces de rechange et autres intrants.

                                                                                            Joseph Olinga Ndoa

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici