Accueil Actualité Société Communauté urbaine de Douala : le personnel sur le pied de guerre

Communauté urbaine de Douala : le personnel sur le pied de guerre

0
6
Communauté Urbaine de Douala

Vers un mouvement d’humeur à la communauté urbaine de Douala. Le personnel visiblement désabusé entend exprimer son courroux si rien n’est fait dans les jours qui suivent.

Le moins que l’on puisse dire est que depuis quelques jours, le personnel de la communauté urbaine de Douala est aux abois. Pour faire entendre leurs voix, ces hommes et femmes en service à la mairie de la ville, ont arboré, mercredi 27 mars 2024 des vêtements de couleur noirs afin de manifester leur mécontentement.

En effet le Maire de la ville de Douala envisage de faire appliquer une note qui date de 1984 et qui fixe les salaires des agents des communautés urbaines. Sauf que ceux de la communauté urbaine de Douala estiment que cette décision viendra diminuer de moitié leurs salaires d’où leurs cris de détresse. « Nous sommes des chefs de familles. Nous ne pouvons pas nous expliquer comment on peut envisager une baisse de salaire dans un contexte aussi difficile comme celui-ci où les prix des denrées alimentaires flambent de manière exponentielle sur le marché. Sous d’autres cieux, de telle ânerie ne saurait être envisageable », enrage un agent.

Les personnels de la Cicam observent une grève.

Lire aussi : Cicam : les employés observent une grève.

 

 

Ce dernier en appelle, tout comme ses collègues, à l’arbitrage du chef de l’Etat. « Nous en appelons à la magnanimité du président de la république pour qu’il intercède pour nous. La crise économique actuelle n’est pas pour nous faciliter la vie. Si en plus, on doit baisser ce que nous gagnons, je pense très honnêtement qu’il s’agit là d’un stratagème pour nous conduire tout droit à la potence. Ceux qui nous gouvernement doivent tenir compte de la conjoncture actuelle avant de prendre toute décision qui pourrait compromettre la sérénité au sein de la société », implorent les agents. Et de solliciter du maire de la ville qu’il lui plaise de ne point mettre en pratique cette mesure « suicidaire » en application. Seront-ils entendus ? Les prochains jours nous le diront.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici